lundi 19 septembre 2022

Aire sur l'Adour : un rendez-vous toujours particulier

 




De présentations inégales et de comportements complexes, le lot de quatre toros de la ganaderia los manos, en ce samedi 17 septembre, ne nous a permis de vivre de fortes émotions.

Le premier toro de Thomas, Segoviano de mai 2018, numéro 77 semble avoir une vision déformée sur le côté droit.  La mise au cheval est compliquée. A travers sa faena, Thomas exploite le meilleur. Le placement pour la mise à mort a été difficile tant le toro bougeait et restait distrait. 

Son deuxième "Chincoso", numéro 51, a permis de belles séries à droite. A gauche, les passes étaient moins fluides car le toro ne suivait pas vraiment. 

Deux toros qui n'ont pas permis à Thomas de s'exprimer pleinement.

Aire est toujours un rendez-vous particulier. Personne ne peut oublier cette terrible date du 17 juin 2017. L'atmosphère y est toujours lourde.


Pour retrouver Thomas, sous d'autres cieux, rendez-vous le dimanche 9 octobre à 10h00 à Saint Sever dans le cadre de la semaine taurine et culturelle.


Suerte para todos.

mercredi 31 août 2022

Aire-sur-l’Adour le 17 Septembre à 17h30

 

Pour ce dernier rendez-vous de la saison, à ce jour programmé, on espère un final de haut niveau. Les toros sont de Los Manos, élevage qui a failli donner une oreille à Thomas en avril de cette année à Madrid. Les arènes d’Aire, dont c’est le cinquantième anniversaire sont sympathiques et accueillantes. Et de plus, Thomas jouera presque à domicile!

Alors venez nombreux.

Appelez Pierrot (06 07 89 13 01) pour réserver vos places car l’organisation offre 10% sur les achats pour les groupes au-dessus de 10 personnes.

Et réservez aussi votre soirée car la Junta des peñas aturines organise un souper taurin à 12 euros qui permettra de clôturer, dans la joie, l’allégresse et la musique, cette soirée.

Alors oui, venez nombreux.

Suerte para todos.



jeudi 11 août 2022

Thomas triomphe chez lui à Villeneuve de Marsan

 


Canicule sur les arènes de Villeneuve pour cette corrida toute française pour les toros et les toreros. Heureux ceux qui étaient à l’ombre des platanes, transpirants les autres,…

Trois quart d’arènes en comptant les musiciens de La Mayoral qui, il faut le noter, ont permis de relancer le deuxième toro d’Adrien Salenc.

Les toros de Margé étaient de très bonne présentation mais de forces et charges inégales. Le sort ayant bien fait les choses, il a attribué un bon toro à chacun des toreros.

Pour Thomas qui commençait en tant que chef de lidia, ce fut le premier. Même si dès son entrée et par deux fois, il a labouré le sable avec les cornes, il a donné suffisamment de jeu pour que Thomas construise une bonne faena. Une pique fut suffisante, comme pour tous ses frères de l’après-midi. Brindis à Maman et début par des inversées au centre de l’arène, puis sur la main droite, avec des enchaînements qui tombaient bien. A gauche le toro était aussi maniable et pour finir, des passes redondas dans le dos, avant les manoletinas. Enfin l’épée entra du premier coup, entrainant la mort, même si elle fut un peu lente. Deux oreilles. Tour de piste, chez lui, devant ses amis, sa famille, grand sourire !!! Heureux !!!

Le deuxième toro avait de l’allure, une armature en guidon de vélo inversé. Une bonne charge au cheval, des banderilles pas faciles. Et à la muleta, il n’accordait qu’une « Cargatita » (veut dire petite charge courte) que ce soit sur la droite comme sur la gauche. Son ramage n’étant pas à la hauteur de son plumage, l’affaire fut abrégée et la troisième épée fut la bonne.

Quant aux compagnons de Thomas, ils ont réalisé de belles choses, en particulier Dorian Canton au dernier toro, de sorte que les trois toreros avec le représentant de l’éleveur, sont sortis par la grande porte de la Musique, sous une pluie de 7 oreilles.

Le débriefing général s’est ensuite déroulé au cercle taurin avec des tertulias improvisées au gré des tables. Dedans c’était sauna avec ses 45°C et dehors un peu plus frais, mais partout du rosé, de la bière, des tapas, des commentaires et de la bonne humeur. Thomas est gentiment passé nous saluer, la soirée fut agréable.

Le pobre de mi pouvait arriver, la fête était réussie. C’est heureux pour tous : le cercle taurin, les toreros, l’éleveur, les spectateurs,…

 

Prochain rendez-vous programmé : Aire-sur-Adour le 17 Septembre à 17h30.

Et en attendant suerte para todos



mardi 26 juillet 2022

Mont de Marsan : deux oreilles pour Thomas.

 




Avec un lot de Predraza exceptionnels, Thomas sort en triomphe pour la clôture de la Madeleine.

Ce dimanche a vraiment commencé à midi : merci Patricia et Jean-Marc pour ce délicieux, gouteux et copieux moment passé à l’ombre épaisse du catalpa. Avec ça, pas de tension, pas de stress !!

Retour aux arènes avec les Pedraza de Yeltes qui présentaient, dans les corrales et sur les photos qui circulaient, un gabarit impressionnant. Pour des toros de cinq ans, ils montrèrent effectivement une sacrée présentation, associée à la puissance et la mobilité. C’est un fer extraordinaire qui arrive à allier cette force sauvage qu’on attend d’un toro de combat mais qui donne aussi dans la toreria, quand on leur permet.

Thomas a réussi cette gageure, il a fait exprimer à ses toros cette puissance en les envoyant aux piques, et il a su la canaliser pour fabriquer des faenas artistiques. Félicitations Maestro et respect.

Son premier « Jacobo » s’est distingué par son envie du cheval. Qu’importe la mise en suerte il était déjà parti dans le peto. Et pour la troisième charge on a eu droit sur le choc, à un plongeon  du piquero German Gonzalez qui a fait et fera la une des photos de tauromachie.  C’est à la cinquième tentative que le président a interrompu cette série au cheval, si rare au Plumançon.

Ensuite, Thomas fabriqua une faena plutôt droitière, avec des enchainements dans les séries qui tombaient justes, avec calme et élégance. L’épée fut entière ce qui fit lever la foule et sortir les mouchoirs blanc pour Thomas et bleu pour Jacobo.

Au deuxième « Deslumbrero » on eut encore droit à un tercio au cheval de grande qualité. Trois piques franches et sérieuses avec Juan José Esquivel, bien posé sur la selle de l’excellent cheval de l’écurie Bonijol, et tout à fait à l’aise dans le planté de pique. Ensuite Thomas à la cape exécuta des chicuelinas et laissa le toro se lancer pour une quatrième charge, que finalement il refusa.

Après un salut au public, Thomas lança sa faena au centre de l’arène avec deux passes inversées, il enchaina des passes sur la main droite, suivies de trois séries de naturelles d’une grande douceur. Accompagné au son d’une musique d’une égale douceur, avec en particulier une symphonie au cor, on a basculé dans un moment de bonheur rare, moment que l’on va chercher quand on va aux arènes. Thomas était heureux avec ce toro et nous aussi.

Avec une demi-épée efficace, le président a redonné du mouchoir, un blanc et un bleu.

Dans une ambiance de grande fête, tour d’honneur pour le toro, pour Thomas et le ganadero et salut aux piqueros. 

Le staff des corridas de la Madeleine était heureux et réjoui et à la Tumade, après la course, on était quelques-uns dans le même état !!!

PS : « Deslumbrero » vient de deslumbrar qui veut dire éblouir. Lorsqu’il lui a donné ce nom le ganadero ne pensait sûrement pas que ce vaillant exemplaire colorado allait éblouir tout Mont de Marsan juste avant les feux d’artifices du dimanche !

 

La temporada se poursuit à Villeneuve de Marsan, le mardi 9 août avec des beaux toros de Margé pour une corrida toute française : Dorian Canton et Adrien Salenc accompagneront Thomas.

Suerte para todos.


mardi 19 juillet 2022

Tyrosse: on était proche d'une grande tarde

 


Par 40°C il fallait avoir envie d’aller à une  corrida. Et pourtant on y était. Il faut dire que la journée démarrait par un pique-nique tiré du sac chez nos hôtes, Germaine et Guy, qui nous ont offert l’hospitalité et …, les glaçons.  Grand merci à eux.

Ensuite, l’ombre des platanes de l’arène de Tyrosse est extraordinaire. Aucun signe de déshydratation dans cette arène sauf pour nos voisins d’en dessous (des marseillais) qui avant d’en avoir les symptômes ont éprouvé le besoin de se rafraichir avec quelques pichets de bières.

Il y avait du public : 7/9 d’arène coté ombre et personne coté soleil !

Pour les toros, le lot des Pagés-Mailhan s’est révélé de très bonne facture, réguliers, vaillants, en particulier au début, avec des charges franches au cheval, certains un peu fuyants en fin de lidia mais donnant du jeu pour les toreros.

Justement les toreros présents au cartel ont montré de l’envie et globalement ont réussi à faire "tourner" les toros, pour donner un spectacle réussi. En plus ils s’étaient (sûrement) concertés pour être les trois, vêtus de rouge, comme le foulard des fêtes de Tyrosse.

Mais alors qu’a-t-il manqué pour que ce triomphe puisse être complet ?

C’est la faute aux épées, de façon générale pour les trois toreros et pour Thomas en particulier qui a laissé échapper encore une fois des trophées.

Il faut dire que la réussite à l’épée dépend de la résolution d’une équation à plusieurs variables, dont certaines un brin aléatoires. C’est que la pointe de l’épée doit rentrer dans un endroit bien précis de quelques centimètres carré, situé entre la colonne vertébrale et l’omoplate, la « croix », avec l’inclinaison qui va bien pour atteindre la région du cœur dans les entrailles du toro. Imaginez, déjà la pointe de l’épée est située à 90 centimètres environ de la main qui la tient, main qui elle-même se trouve au bout du bras, qui pour Thomas fait 1,05 mètre de plus. Et cette pointe doit entrer dans la croix juste derrière le berceau des cornes celles-là même qui peuvent suspendre la vie.  Donc on comprend bien la difficulté. Et ces derniers temps pour Thomas qui doit résoudre cette équation, il doit y avoir une variable inconnue qui l’empêche de réussir l’estocade. Et pas d’épée, pas de trophées.

Pourtant il a été à l’aise avec son premier, après deux jolies piques et de belles séries à droites et à son deuxième, un castaño de belle présentation, il a magnifiquement réussi les passes inversées au centre de l’arène (les marseillais n’en revenaient pas !) il a fait d’excellents redondos (dont un avec un changement de main particulièrement réussi) et des sorties par le pecho, mais malheureusement, l’équation de l’épée n’y était pas,…

Alors, on croise les doigts pour que les Pedraza de Yeltes de dimanche à Mont de Marsan puissent lui donner du jeu, bien lui présenter la croix au moment du dernier tercio et ainsi la pointe de l’épée guidée par un laser virtuel, rentrera au milieu et tuera avec effet immédiat. Que l’équation de la mise à mort soit résolue.

C’est ce qu’on espère, c’est ce qu’on lui souhaite, c’est notre vœu le plus cher.

Suerte Thomas.

 

 




lundi 27 juin 2022

Saint-Sever maussade

     



    Sous un temps plutôt maussade mais sans pluie, nous avons retrouvé, avec plaisir et espoir, les arènes de Saint Sever pour cette St Jean que les organisateurs avaient prévu importante.

    Le premier toro de Thomas « Tontito » ne l’était pas (tonto : bête), il fut même un bon toro. Après les deux premiers tercios où l’on a retrouvé avec plaisir Morenito de Arles et Manolo de los Reyes aux côtés de Thomas, ce dernier entama sa faena par des inversées au milieu de l’arène. On vit ensuite de belles droitières, bien enchainées, avec temple, douceur et élégance comme il sait bien le faire pour notre ravissement et celui du public. Puis enchainement avec des naturelles et pour finir des circulaires, terminant au plus près des cornes. Tout paraissait en place pour une belle oreille si la mise à mort était réussie. Et elle ne le fut pas. Dommage, dommage et re-dommage.

    Pour son deuxième, après deux belles charges au cheval, on vit des premières passes à droite de bonne facture mais la faena devint plus décousue, dans la mesure où le taureau avait du mal à se fixer. Sans que Thomas ne puisse régler ce problème de distance, la faena pris fin par une demi-épée suivi du descabello.

    Sinon Monsieur Luque prenant le rythme du concerto d’Aranjuez joué par la musique, nous fit, à un toro qui au départ s’échappait, une lidia magnifique de douceur et d’harmonie, conclue par une épée magistrale. Respect !

     

    Nous nous retrouverons le dimanche 17 juillet à Tyrosse, arène qui sourit à Thomas et c’est là nous l’espérons, l’attendons et nous n’en doutons plus, que le compteur des oreilles va s’ouvrir pour lui.

     

    Suerte para todos,…

    dimanche 22 mai 2022

    Une nouvelle date pour Thomas, le 17 juillet à Tyrosse

     

    Voilà donc une nouvelle date qui vient enrichir la temporada de Thomas.

    De ce fait nous aurons l'occasion de nous retrouver dans cette arène qui lui convient bien, à l'ombre des platanes et pourquoi pas le voir sortir en triomphe comme l'an passé. Une semaine avant Mont de Marsan c'est un rendez-vous qui tombe bien.

    La pena vous propose de réserver vos places à l'ombre à 47€ .

    Cliquez ICI pour réserver vos places et votre moyen de règlement. (Si par exemple vous voulez 3 places, inscrivez 3 fois votre nom).

    Pour chaque réservation, indiquez votre nom et le mode de règlement que vous utilisez. Vos réservations et règlements doivent être effectués auprès de la pena au plus tard le 2 juillet.

    Vous pouvez également contacter Pierrot au 06.07.89.13.01. ou Daniel au 06.45.83.13.86.

    Pour le règlement par virement :
    IBAN : FR76 1330 6009 1523 0657 5480 011
    BIC : AGRIFRPP833

    Pour le règlement par chèque :
    PENA Thomas Dufau
    106, avenue des Pyrénées
    40190 VILLENEUVE DE MARSAN


    A très bientôt.


    Au cartel:

    Toros de Pagés-Mailhan

    Avec Thomas, Morenito de Aranda et José Garrido.